Light'n Dark Index du Forum
Light'n Dark Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
Kitoku no Uta (K+)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Light'n Dark Index du Forum ->
ARTISTES & PHOTOSHOP
-> Fan stuff
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Min Sia
Shota Complex

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 796

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 20:59 (2007)    Sujet du message: Kitoku no Uta (K+) Répondre en citant

Je viens à l'instant de terminé mon chapitre un et je vous fais le grand honneur de vous le faire découvrir en premier. Il est possible que le dernier paragraphe change un rien, les idées resteront les mêmes, juste que point de vu écriture il pourrait subit quelques changement, je dois voir avec la personne qui l'écrit avec moi (même si j'ai quasi tous écris de ce chapitre XD).
PS : J'ai mis rang K+, car ça peu choquer certaines personnes les quelques scènes très glauques qui seront d'ailleurs assez nombreuses XD. Maintenant si faut augmenter, hésitez pas.

Titre : Kitoku no Uta.
Auteurs : Mayuko et Mimile.
Personnage principaux : Shizumu Aohana et Mamoru Warui. Il y en aura peut-être d'autres, mais il ne sont pas encore réfléchis.
Les couples : Il n'y aucune romance mais néanmoins je dirais le couple cousin - cousine Shizumu x Mamoru.
Genre : Drama, glauque avec un peu d'action, on verra si je décide de faire des affronts entre protagonistes, se qui me plairait bien d'ailleurs =D.
_________________________________________


Chapitre I :



- Ne sois pas radin, donnes moi donc un bout de ce cookies Watanabe ! S’écria la jeune femme.
- Jamais de la vie ! rétorqua l’homme se cramponnant à la cible des désirs de sa collègue.
- La gourmandise vous tuera professeur, ajouta le dernier qui extirpa le pauvre cookie des mains de Watanabe qui avait baissé sa garde et en croqua un bout.
- Tu te ligue toi aussi contre moi Sosouke-Kun, bouda le médecin légiste. Ses deux collègues se mirent tous deux à rires, se passant le reste du malheureux cookies qui ne demandait qu’à être mangé. Ce petit jeu finis par amuser Watanabe qui prit part aux rires de ses assistants jusqu’à ce que le téléphone retentisse. Chacun se regardèrent muets. Voyant que personne ne daignait se lever afin de répondre, Sakurai prit l’initiative, se dressa et se dirigea vers celui-ci. Watanabe et Sosouke suivirent la conversation des yeux jusqu’à se que la jeune femme raccroche.
- Nous allons avoir de la compagnie, les amis, lança la jeune femme d’un ton mêlant sympathie et compassion pour la victime. Toujours dans le plus grand des silences, les deux hommes se levèrent et rejoignirent l’ascenseur.
L’ascenseur au bout du couloir menait à la salle d'autopsie. Les trois individus entrèrent dans la pièce sombre qui s’éclaira bien vite d'une lumière blanche et vive qui se reflétait aussi bien sur les murs carrelés que dans les vitrines des armoires. Tous se hâtèrent d’enfiler une paire de gants ainsi qu’une tenue adéquate avant de préparer le matériel nécessaire à l’opération.
- Quand ont-ils dit qu’il arrivait ? Questionna Sosouke un peu hésitant.
- Ils n’ont rien dit mais ils ne devraient pas tardés. La jeune fille arrive en hélicoptère et viendrais de Fukue, c’est tout se que je sais.
- La cause de la mort ? fit à son tour Watanabe.
- Ils n’ont rien dit non plus à ce sujet, la conversation était assez saccadée, nous avons fait au plus bref, répondit-elle tout en préparant un brancard puis constatant la nervosité de l’étudiant, elle repris, tentant ainsi de le rassuré : Ne sois pas si nerveux Sosouke, ça se passera très bien, j’en suis certaine. Le jeune homme hocha de la tête et se calma.

Watanabe observait le ciel pensivement depuis le toit de l'hôpital de Nagasaki tandis que Sakurai et Sosouke discutait patiemment appuyés contre le mur. Un point noir apparu au dessus de la mer accompagner d'un bourdonnement sourd. C'était l'hélicoptère qui venait de Fukue avec à son bord le corps d'une jeune fille. Lorsque les turbines tournèrent aux ralentis, les deux hommes se dirigèrent vers la porte arrière avec le brancard, pour y sortir le sac noir contenant le corps et avec précaution, le déposèrent dessus. Sakuraï appuya sur le bouton de l'ascenseur et le brancard s’engouffra dans la cage accompagnée de l’équipe médicale. Quant à l'hélicoptère, il reparti rapidement sur un autre lieu d'intervention.
De retour en salle d’autopsie, accompagnée cette fois-ci d’une invitée, le jeune Sosouke défit la tirette de la civière tandis que Sakurai préparait un bloc note, un appareil photo ainsi qu’un enregistreur audio. Lorsque la jeune fille fut totalement dépourvue de sa toile noire, chacun à leur tour l’observa attentivement. Elle ne portait aucune marque de strangulations sur son cou, ni autre marque sur les membres de son corps perceptibles d’ailleurs. De longues mèches de cheveux noirs s’enroulaient tels une écharpe autour de son cou nu. Ses lèvres rosées encore humides étaient restée entrouvertes, au tant que ses yeux ambres l’étaient.
- Elle serait morte noyée. C’est son cousin qui aurait trouvé le corps. Il n’y a aucune déposition de celui-ci, il affirme simplement avoir trouver le corps de sa cousine inerte dans l’eau lorsqu’il est revenu, interpréta le médecin légiste qui déchiffrait le rapport laissé par les policiers tandis que sa collègue pris note de ses paroles.
- Aohana Shizumu, fit à son tour l’apprenti qui déchiffra les caractères enroulés autour de l’orteil de la jeune fille.
- Tu es prêt Sousoke ? Sonda Watanabe lui tendant un scalpel ainsi qu’une paire de ciseaux pendant que sa collègue prenait quelques clichés du corps inerte de la jeune étudiante.
- Je … je crois, déglutit l’étudiant s’emparant tout d'abord des ciseaux.
- Vas-y à ton aise, ne brûle pas les étapes, lui conseilla la jeune femme.
Munis de l’outil, le jeune homme entrepris avant tout de découpé aussi délicatement que possible le haut de la jeune fille avant de procéder à l’autopsie. A mesure que les ciseaux arrachait les fibres du tee-shirt encore humides de la victime, Sosouke s’efforçait de se relâcher au tant qu’il pu et de se concentrer uniquement sur la jeune fille. Il n’était pas sans dire que son examen se jouait sur cette patiente et qu’il n’avait de ce faite pas droit à l’erreur. Lorsque le haut de la jeune fille se sépara en deux, il souffla de soulagement alors qu’inconsciemment il soulevait déjà le corps de cette dernière afin de dégrafé son soutient gorge gênant. Débarrassé de ce dernier rempart, le jeune apprenti dirigea lentement son scalpel jusqu’à la peau de la défunte. A la hauteur de son épaule gauche, il apposa fermement l’outil qui s’enfonça sans la moindre peine dans la chaire de la patiente qui eut un léger sursaut. Sousuke lâche sans plus attendre son scalpel et sentit la panique s’emparer à nouveau de lui. Son collègue fronça les sourcils puis par mesure de précaution appliqua son index ainsi que son majeur sur le nuque de la jeune fille pour vérifier toute possibilité de vie de celle-ci, et lorsqu’il ne ressentit pas le moindre mouvement sanguin, fit signe à son petit protégé qui repris, peu confiant. Lentement, il descendit en diagonal jusqu’à l’abdomen. Il continua ainsi la méthode jusque ce que l’incision représente un beau Y sans bavure. Ceci fini, le jeune homme souffla rassuré alors que le professeur Watanabe félicitait ce dernier pour le doigté qu’il fit preuve. Sakurai quant à elle prit le temps de photographier le corps ainsi incisé avant que Sosouke ne reprenne ses applications.
Avec précaution le jeune homme écarta les bouts de peau encore fraîchement coupés afin d’attaquer le sternum jusqu’à se qu’il constate l’incision trop peu profonde au niveau du pubis. Alors que celui-ci se mis en quête de rectifier cette petite erreur, le corps de la patiente fut pris de léger spasmes et du sang jaillit de part et d’autres des incisions. Il ne fallut pas plus d’une dizaine de seconde pour que la jeune fille ouvrit les yeux accompagnés de cris de douleurs tous plus forts les uns que les autres. Affolé Sousuke abandonna son scalpel qui alla s’écraser au sol. Sakurai et son collègue Watanabe laissèrent leur peur de côté et tentèrent de calmer l’ex défunte en la maintenant allongée sur le brancard alors que l’hémorragie se faisait bien plus forte de secondes en secondes.
- Nous devons l’endormir, vite ! Cria l’homme aussi affolé que ses assistants alors qu’il maintenait toujours la jeune demoiselle qui se débattait. Il avait beau la supplier de ne pas bouger afin de ne pas empirer la situation, il ne pouvait que comprendre l’angoisse qui pouvait l’envahir sans compter la souffrance qu’elle endurait. Mais comment cela était-il possible ? Ils avaient pourtant bien vérifiés, elle était morte il n’y a même pas une minute. Comment se pouvait-il ainsi que le corps reprenne ses fonctions ? En fait c’était simplement impossible. En tout cas le plus important était d’abréger les souffrances de cette pauvre fille et de la recoudre au plus vite !
C’est Sosouke qui fut de tâche pour l’anesthésiant. Il s’approcha de la patiente et, d’un coup lui planta l’aiguille de la seringue au niveau de la nuque, qui ne tarda pas à sombrer dans le sommeil. La patiente endormie, Sakurai souffla, soulagée avant de s’écrouler au sol. Des larmes ne tardèrent pas roulées contre ses joues. Elle avait eut la peur de sa vie. Watanabe désolé partit à la conquête des compresses que sa collègue appliqua elle-même sur les plaies de la patiente. Le jeune étudiant précipita le brancard hors de la salle. Toute l’équipe monta à l'étage supérieur au moyen de l’ascenseur et se hâtèrent de rejoindre les urgences. Heureusement, un médecin urgentiste prit les choses en main. La blessure était très grave, de ce fait, il l'emmena au bloc pour l'anesthésier, la transfuser et la recoudre. Une telle blessure peut vite être mortelle, la quantité de sang sur le brancard le témoignait. Les trois légistes restèrent en dehors du bloc, où ils mirent un certain moment pour se remettre de leurs émotions. Un chirurgien sortit enfin du bloc, et s'avança vers Watanabe.
- Elle s'en sortira, elle a eu beaucoup de chance mais avec du temps elle s'en sortira.
- Dieu soit loué ! Répondit le professeur qui revit la scène dans sa tête.
- Mais dit moi, Watanabe-San, peux tu m'expliquer comment cela a-t-il bien pu se passer ? Comment une de tes patientes, censée être morte a-t-elle pu se retrouvé sur ma table ? Se renseigna le médecin perplexe.
- Je ... je ne sais pas bien, c’est encore assez confus dans ma tête. Elle est arrivée de Fukue et tout le protocole de constatation de la mort a été scrupuleusement respecté. J'ai moi même vérifié son absence de pouls lorsqu'un nerf a tressaillit. Je peu t'assurer qu'elle était bel et bien morte au moment de l’incision !
- J’ai du mal a y croire, c'est invraisemblable ... non, s’en est même effrayant ! Comment allons-nous pouvoir expliquer une telle chose ? Les médias vont se déchaîner, nous devons prévenir le directeur !
- Oui tu as raison. Répliqua Watanabe qui se tourna vers ses deux assistants. Sakurai, va me cherché l'enregistreur audio et l'appareil photo. Sosouke ... va prendre un café et attends nous tu veux ? Reprit-il d’un ton mêlant l’épuisement et l’énervement.

Comme prévu, Watanabe, Sakurai et le chirurgien se rendirent au bureau du directeur. La nouvelle se répandit vite au sein de l'hôpital. Le jeune Sosouke fut renvoyé à l’université avec mention A de la part de son professeur. Les épreuves qu’il avait vécus ces deux derniers jours n’étaient pas données à tout le monde et il était certain que ce jeune étudiant aurait su faire comme il le fallait. Quant à la jeune Shizumu, elle fut transférée après avoir récupérer ses esprits et être sortit de tous dangers, dans une chambre seule où elle n’eut aucune visite de sa famille. Après de nombreuses auscultations, un rapport détaillé et une déposition qui n’eut pas un grand succès, la petite pu rentrer chez elle.
_________________________________________

Voilà, j'espère que le genre n'as pas trop rebuté. Je me suis remise à écrire y a cinq jours et c'est d'ailleurs la première fois que j'aborde ce genre de thème si ... si glauque. J'ai toujours eus l'esprit sadique mais à ce point, j'avais encore jamais fais XD. J'espère sincèrement que ce premier chapitre n'est pas trop mauvais.
Voilà, j'espère avoir de bonne critiques de votre part.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 20:59 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alexiel
Cherche mari riche

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2005
Messages: 8 043
Humeur: Furax
Playlist ♫: la télé

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 21:10 (2007)    Sujet du message: Kitoku no Uta (K+) Répondre en citant

Je trouve déjà que ton style s'est vachement amélioré Mayu !

D'autre part...t'as fait des recherches sur le sujet ? Parce que c'est très détaillé, notemment dans le déroulement d'une autopsie.

J'ai pas trouvé ça trop glauque parce que j'ai déjà lu des bouquins d'horreur pires que ça, mais ça veut pas dire que tu dois en rajouter. Tiens t'en bien à ce que tu as commencé sans trop en faire, voilà tout.

Et c'est reposant dis donc qu'il y ait pas de romance ! ! ! :happiness:
Revenir en haut
Min Sia
Shota Complex

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 796

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 21:16 (2007)    Sujet du message: Kitoku no Uta (K+) Répondre en citant

Oui j'ai fais des recherche et j'ai vomis mon repas XD. Sur un des liens y avait des images et comme je suis super sensible (une langue de boeuf me dégoute alors imaginez ça). Comme je regarde jamais la TV, j'ai eus très très dur à écrire ce chapitre mais je trouve que je m'en suis pas mal sortie. J'ai notament passé ma journée à faire des recherche, si ce n'était pas sur le fonctionnement d'une morgue, des autopsie et incisions, j'ai également fais d'énorme recherche sur l'archipel de Gôto ou se citue l'hopital de Nagasaki et sur l'île de Fukue qui se citie à 80 minutes en bateau de l'accropol. J'ai voulu changer les lieux et être très précis pour plus de véracité.
Sinon, je ne rajouterai rien de plus, ça ve redevenir normal avant que l'histoire ne débute vraiment. Enfin vous découvrez tout ça en tant voulu. Le chapitre deux à déjà été entamer, mais la relation cousin - cousine est assez dur à retranscire donc faudra patienter surtout avec tout se que j'ai à faire dernièrment, c'est dingue. En tout cas ravis que ça te plaise =D.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Min Sia
Shota Complex

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2007
Messages: 796

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 18:13 (2007)    Sujet du message: Kitoku no Uta (K+) Répondre en citant

Hum, vaut mieu tard que jamais, mais j'ai enfin retouché avec Mimile la fin du chapitre un que nous trouviosn précipiter et que nous préférons garder comme introduction au chapitre deux.
Donc ben j'envoi les modification (je les mets en gras tiens, pour pas vous forcer à tout relire) :

- Ne sois pas radin, donnes moi donc un bout de ce cookies Watanabe ! S’écria la jeune femme.
- Jamais de la vie ! rétorqua l’homme se cramponnant à la cible des désirs de sa collègue.
- La gourmandise vous tuera professeur, ajouta le dernier qui extirpa le pauvre cookie des mains de Watanabe qui avait baissé sa garde et en croqua un bout.
- Tu te ligue toi aussi contre moi Sosouke-Kun, bouda le médecin légiste. Ses deux collègues se mirent tous deux à rires, se passant le reste du malheureux cookie qui ne demandait qu’à être mangé. Ce petit jeu finis par amuser Watanabe qui prit part aux rires de ses assistants jusqu’à ce que le téléphone retentisse. Chacun se regardèrent muets. Voyant que personne ne daignait se lever afin de répondre, Sakurai prit l’initiative, se dressa et se dirigea vers celui-ci. Watanabe et Sosouke suivirent la conversation des yeux jusqu’à se que la jeune femme raccroche.
- Nous allons avoir de la compagnie, les amis, lança la jeune femme d’un ton mêlant sympathie et compassion pour la victime. Toujours dans le plus grand des silences, les deux hommes se levèrent et rejoignirent l’ascenseur.
L’ascenseur au bout du couloir menait à la salle d'autopsie. Les trois individus entrèrent dans la pièce sombre qui s’éclaira bien vite d'une lumière blanche et vive qui se reflétait aussi bien sur les murs carrelés que dans les vitrines des armoires. Tous se hâtèrent d’enfiler une paire de gants ainsi qu’une tenue adéquate avant de préparer le matériel nécessaire à l’opération.
- Quand ont-ils dit qu’il arrivait ? Questionna Sosouke un peu hésitant.
- Ils n’ont rien dit mais ils ne devraient pas tardés. La jeune fille arrive en hélicoptère et viendrais de Fukue, c’est tout se que je sais.
- La cause de la mort ? fit à son tour Watanabe.
- Ils n’ont rien dit non plus à ce sujet, la conversation était assez saccadée, nous avons fait au plus bref, répondit-elle tout en préparant un brancard puis constatant la nervosité de l’étudiant, elle reprit, tentant ainsi de le rassuré : Ne sois pas si nerveux Sosouke, ça se passera très bien, j’en suis certaine. Le jeune homme hocha de la tête et se calma.



Watanabe observait le ciel pensivement depuis le toit de l'hôpital de Nagasaki tandis que Sakurai et Sosouke discutait patiemment appuyés contre le mur. Un point noir apparu au dessus de la mer accompagner d'un bourdonnement sourd. C'était l'hélicoptère qui venait de Fukue avec à son bord le corps d'une jeune fille. Lorsque les turbines tournèrent aux ralentis, les deux hommes se dirigèrent vers la porte arrière avec le brancard, pour y sortir le sac noir contenant le corps et avec précaution, le déposèrent dessus. Sakuraï appuya sur le bouton de l'ascenseur et le brancard s’engouffra dans la cage accompagnée de l’équipe médicale. Quant à l'hélicoptère, il reparti rapidement sur un autre lieu d'intervention.
De retour en salle d’autopsie, accompagnée cette fois-ci d’une invitée, le jeune Sosouke défit la tirette de la civière tandis que Sakurai préparait un bloc note, un appareil photo ainsi qu’un enregistreur audio-vidéo. Lorsque la jeune fille fut totalement dépourvue de sa toile noire, chacun à leur tour l’observa attentivement. Elle ne portait aucune marque de strangulations sur son cou, ni autre marque sur les membres de son corps perceptibles d’ailleurs. De longues mèches de cheveux noirs s’enroulaient tels une écharpe autour de son cou nu. Ses lèvres rosées encore humides étaient restée entrouvertes, au tant que ses yeux ambres l’étaient.
- Elle serait morte noyée. C’est son cousin qui aurait trouvé le corps. Il n’y a aucune déposition de celui-ci, il affirme simplement avoir trouver le corps de sa cousine inerte dans l’eau lorsqu’il est revenu, interpréta le médecin légiste qui déchiffrait le rapport laissé par les policiers tandis que sa collègue pris note de ses paroles.
- Aohana Shizumu, fit à son tour l’apprenti qui déchiffra les caractères enroulés autour de l’orteil de la jeune fille.
- Tu es prêt Sousoke ? Sonda Watanabe lui tendant un scalpel ainsi qu’une paire de ciseaux pendant que sa collègue prenait quelques clichés du corps inerte de la jeune étudiante.
- Je … je crois, déglutit l’étudiant s’emparant tout d'abord des ciseaux.
- Vas-y à ton aise, ne brûle pas les étapes, lui conseilla la jeune femme.
Munis de l’outil, le jeune homme entrepris avant tout de découpé aussi délicatement que possible le haut de la jeune fille avant de procéder à l’autopsie. A mesure que les ciseaux arrachait les fibres du tee-shirt encore humides de la victime, Sosouke s’efforçait de se relâcher au tant qu’il pu et de se concentrer uniquement sur la jeune fille. Il n’était pas sans dire que son examen se jouait sur cette patiente et qu’il n’avait de ce faite pas droit à l’erreur. Lorsque le haut de la jeune fille se sépara en deux, il souffla de soulagement alors qu’inconsciemment il soulevait déjà le corps de cette dernière afin de dégrafé son soutient gorge gênant. Débarrassé de ce dernier rempart, le jeune apprenti dirigea lentement son scalpel jusqu’à la peau de la défunte. A la hauteur de son épaule gauche, il apposa fermement l’outil qui s’enfonça sans la moindre peine dans la chaire de la patiente qui eut un léger sursaut. Sousuke lâcha sans plus attendre son scalpel et sentit la panique s’emparer à nouveau de lui. Son collègue fronça les sourcils puis par mesure de précaution appliqua son index ainsi que son majeur sur le nuque de la jeune fille pour vérifier toute possibilité de vie de celle-ci, et lorsqu’il ne ressentit pas le moindre mouvement sanguin, fit signe à son petit protégé qui repris, peu confiant. Lentement, il descendit en diagonal jusqu’à l’abdomen. Il continua ainsi la méthode jusque ce que l’incision représente un beau Y sans bavure. Ceci fini, le jeune homme souffla rassuré alors que le professeur Watanabe félicitait ce dernier pour le doigté qu’il fit preuve. Sakurai quant à elle prit le temps de photographier le corps ainsi incisé avant que Sosouke ne reprenne ses applications.
Avec précaution le jeune homme écarta les bouts de peau encore fraîchement coupés afin d’attaquer le sternum jusqu’à se qu’il constate l’incision trop peu profonde au niveau du pubis. Alors que celui-ci se mis en quête de rectifier cette petite erreur, le corps de la patiente fut pris de légers spasmes et du sang jaillit de part et d’autres des incisions. Il ne fallut pas plus d’une dizaine de seconde pour que la jeune fille ouvrit les yeux accompagnés de cris de douleurs tous plus forts les uns que les autres. Affolé Sousuke abandonna son scalpel qui alla s’écraser au sol. Sakurai et son collègue Watanabe laissèrent leur peur de côté et tentèrent de calmer l’ex défunte en la maintenant allongée sur le brancard alors que l’hémorragie se faisait bien plus forte de secondes en secondes.
- Nous devons l’endormir, vite ! Cria l’homme aussi affolé que ses assistants alors qu’il maintenait toujours la jeune demoiselle qui se débattait. Il avait beau la supplier de ne pas bouger afin de ne pas empirer la situation, il ne pouvait que comprendre l’angoisse qui pouvait l’envahir sans compter la souffrance qu’elle endurait. Mais comment cela était-il possible ? Ils avaient pourtant bien vérifiés, elle était morte il n’y a même pas une minute. Comment se pouvait-il ainsi que le corps reprenne ses fonctions ? En fait c’était simplement impossible. En tout cas le plus important était d’abréger les souffrances de cette pauvre fille et de la recoudre au plus vite !
C’est Sosouke qui fut de tâche pour l’anesthésiant. Il s’approcha de la patiente et, d’un coup lui planta l’aiguille de la seringue au niveau de la nuque, qui ne tarda pas à sombrer dans le sommeil. La patiente endormie, Sakurai souffla, soulagée avant de s’écrouler au sol. Des larmes ne tardèrent pas roulées contre ses joues. Elle avait eut la peur de sa vie. Watanabe désolé partit à la conquête des compresses que sa collègue appliqua elle-même sur les plaies de la patiente. Le jeune étudiant précipita le brancard hors de la salle. Toute l’équipe monta à l'étage supérieur au moyen de l’ascenseur et se hâtèrent de rejoindre les urgences. Heureusement, un médecin urgentiste prit les choses en main. La blessure était très grave, de ce fait, il l'emmena au bloc pour l'anesthésier, la transfuser et la recoudre. Une telle blessure peut vite être mortelle, la quantité de sang sur le brancard le témoignait. Les trois légistes restèrent en dehors du bloc, où ils mirent un certain moment pour se remettre de leurs émotions. Un chirurgien sortit enfin du bloc, et s'avança vers Watanabe.
- Elle s'en sortira, elle a eu beaucoup de chance mais avec du temps elle s'en sortira.
- Dieu soit loué ! Répondit le professeur qui revit la scène dans sa tête.
- Mais dit moi, Watanabe-San, peux tu m'expliquer comment cela a-t-il bien pu se passer ? Comment une de tes patientes, censée être morte a-t-elle pu se retrouvé sur ma table ? Se renseigna le médecin perplexe.
- Je ... je ne sais pas bien, c’est encore assez confus dans ma tête. Elle est arrivée de Fukue et tout le protocole de constatation de la mort a été scrupuleusement respecté. J'ai moi même vérifié son absence de pouls lorsqu'un nerf a tressaillit. Je peu t'assurer qu'elle était bel et bien morte au moment de l’incision !
- J’ai du mal a y croire, c'est invraisemblable ... non, s’en est même effrayant ! Comment allons-nous pouvoir expliquer une telle chose ? Les médias vont se déchaîner, nous devons prévenir le directeur !
- Oui tu as raison. Répliqua Watanabe qui se tourna vers ses deux assistants. Sakurai, va me cherché l'enregistreur audio-vidéo et l'appareil photo. Sosouke ... va prendre un café et attends nous tu veux ? Reprit-il d’un ton mêlant l’épuisement et l’énervement.



Le bureau du directeur bénéficiait de la meilleure vue de tout l’immeuble. De grandes plantes vertes encadraient la fenêtre d’où l’on pouvait admirer la mer au loin. Le soleil rougeoyant, baignait la pièce d'une lumière tamisée, filtrant à travers les stores en lamelle de tissus blancs. A gauche de la porte se trouvait deux fauteuils, tout deux faisant face la baie vitrée, ainsi qu'une petite table en biais, sur laquelle était déposé un percolateur à café, de même qu’un beau service de tasses et sous tasses propres. A leur côté, un plateau où se trouvaient entreposé quelques boites de thé ; les favorites du directeur. Elles étaient au nombre de trois. Une pour chaque phase de la journée dont une pour le matin, au petit déjeuner, une pour le quatre heures et la dernière, pour le soir. Il n’y avait rien de plus savoureux qu’un thé noir, tout en admirant le soleil se rapprocher de l'horizon et s’engouffrer sans retenue dans la profondeur des eaux bleues de la mer du Japon, pour affronter les longues soirées, seul, confiner entre les quatre mur de son bureau.
A l’extrémité de la pièce, se tenait une belle étagère en bois blanc remplie de livre, passant de romans aux encyclopédies, tous classé par catégorie et ordre alphabétique. Le long du mur latéral opposé à la baie, était installé un aquarium dans lequel nageaient calmement de petits poissons tropicaux, tous coloré de magnifiques couleurs. Enfin, contre le mur du fond, juste derrière le bureau du directeur, se trouvait suspendu son diplôme de médecine ainsi qu’une série de portrait, représentant les illustres prédécesseurs du directeur actuel : Monsieur Masato Eiri. Du haut des ses vingt-quatre ans, il était le plus jeune directeur que l'hôpital ait connu, mais également le plus brillant de tous.
Soudain, quelqu'un toqua à la porte. Masato prit sa tasse d'eau chaude, y fit infuser du thé provenant de la troisième boîte, et retourna s’asseoir dans sa chaise de bureau, tourné vers l’horizon teinté déjà de rouge.
- Entrez ! dit-il calmement.
La porte s'ouvrit et Watanabe apparut dans l'encadrement de la porte.
- Bonsoir Monsieur le directeur, dit-il tout en refermant soigneusement la porte derrière lui.
- Ah, Fujitaka ! s’exclama le jeune homme, visiblement enchanté de cette entrevue avec le professeur. Combien de fois devrais-je vous le dire ? Je suis votre cadet. Appelez-moi Masato. Au moins lorsque nous somme seul, reprit-il.
- Veillez m’excuser, vous avez raison. Mais le temps ou vous fûtes mon élève et assistant fait dorénavant partie de passé.
- Que dites vous là ? Cela ne fait que 3 ans à peine !
- M'oui, sûrement. Ma mémoire me joue parfois de mauvais tours.
- Je regrette ce temps ou vous me tutoyiez, mais je regrette encore plus le faites que depuis que j’occupe ce poste, vous refusez de continuer de me tutoyez.
- Comment le pourrais-je ? Vous êtes le directeur et je suis l'un de vos employés désormais.
- Vous m'en voulez parce que j'ai eu ce poste à votre place ? Nous en avons déjà longuement parlé. C'est vous qui avez refusé cette promotion et c’est aussi vous qui m'avez conseillé à votre place. Donc je vous le demande une dernière fois. Continuez comme avant.
- Je ferais peut être un effort seulement si vous me tutoyez également. Mais ce n’est pas se qui m'amène ici ce soir, bien que l’envie de discuter quelques instants en votre compagnie … je veux dire : en ta compagnie autour d’une tasse de thé ne manque pas.
- Oui, j'ai eu vent d'un incident s'étant produit au service des urgences. Manabu m'a prévenu de ta visite il y a quelques minutes.
Un silence s’installa entre les deux hommes. Seule la pompe à oxygène de l'aquarium semblait avoir quelque chose à dire de par son bourdonnement incessant qui d'habitude semblait très léger et à peine audible, était maintenant devenu totalement insoutenable. Ne supportant plus ce mutisme, Watanabe se décida enfin à expliquer la situation à son supérieur.


- Nous devons faire en sorte que cela reste au sein de nos services respectifs, à moi et à Manabu. Il faut éviter que des bruits de couloir arrivent jusqu'aux oreilles de la presse.
- Que proposes tu ? Sonda le jeune directeur.
- Il faudrait écrire un communiqué de presse, faisant taire toutes rumeurs pouvant survenir plus tard. Il faudrait prendre les devants et faire passer le message à tous les employés. Ce n'est pas une erreur de diagnostique ou médicale, mais bien une erreur d'annotation sur le rapport fait sur place par la police. La destination n'était pas la morgue mais le service d'examen du coeur par exemple. Elle n'est pas morte, revenue à la vie, ce serait simplement une sorte de coma poste traumatique. Lorsque nous nous en sommes aperçus, elle a été immédiatement prise en charge par le service adéquat.
- Je te reconnaît bien là, Fujitaka. Toujours aussi prévoyant. Merci de veillez à ce que notre image reste celle que ton père à réussis à donner à l'hôpital.
- Et ai-je tort de le vouloir? s'exclama Watanabe, le front humide, comme si cette dernière réplique lui avait demandé beaucoup d'effort.
- Non, bien au contraire, ce n’était pas ironique, répondit Masato très calmement.
- Excuse-moi, je me suis un peu emporté. Cet atroce incident m’a épuisé. Rétorqua t-il, puis, il soupira en s'affalent sur l’un des fauteuils.
- Ne t'excuse pas. Tu es très éprouvé. Je l’aurais été bien plus que toi si cela m'était arrivé. Nous allons faire comme tu as dis. Sers toi un thé pendant que je rédige mon rapport et ensuite, si ça te dis, nous pourrions allez nous changer les idées dans un café pas très loin avec Sakurai Akane et ton petit protégé ; Osaka Sosouke.
- D'accord. Je reste ici si tu as besoin de plus d'explication.
- Merci Fujitaka, on peu toujours compter sur toi, par contre, pourrais-tu appeler Sakurai pour qu'elle nous rejoigne avec ton élève?
- Bien sur.
Masato fit pivoter son siège afin de se placer devant son bureau, porta ses lunettes à son nez et se mit à écrire frénétiquement sur son clavier, le visage serein, comme s'il avait l'habitude d'écrire de tel rapport, mais ce n'était évidemment pas le cas. Les assistants de Watanabe ne tardèrent pas à rejoindre le petit groupe. Sakurai s’installa sur le dernier fauteuil libre, alors que Sosouke quant à lui, préféra rester debout, avec une envie irrésistible de faire les cents pas, mais se retint. Lorsque Masato eut finit son rapport, ils le lirent tous ensemble afin d’y ajouter quelques légères modifications. Le jeune directeur attrapa avec empressement son manteau de la patère et sortit le dernier, n’oubliant pas de fermer les stores et d’y éteindre la lumière. Il espérait ne pas avoir à y revenir avant le lendemain, bien que les heures supplémentaires étaient monnaie courante chez lui depuis quelques semaines.
Seule une très légère lumière bleutée sortant de l'aquarium baignait la pièce d'une pâle lueur froide.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:16 (2017)    Sujet du message: Kitoku no Uta (K+)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Light'n Dark Index du Forum ->
ARTISTES & PHOTOSHOP
-> Fan stuff
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com